Un nouveau Film de CHARLIE CHAPLIN

Tandis que les trois derniers films produits pour First National par Chaplin (Idle Class, Pay Day et The Pilgrim) restent inédits en France, par suite d'un différend surgi entre l'importateur et l'éditeur français, le grand humoriste de l’écran ne reste pas inactif.

Il a déjà produit un premier film pour les Artistes Associés, film que cette firme a montré aux Parisiens sous le titre : L'Opinion Publique, et travaille, actuellement à la réalisation d'un deuxième — que nous avons toutes chances de voir cet hiver avant que les trois « First National » de 1920 et 21 soient seulement sortis de leurs boîtes de fer-blanc...

Comme toujours Chaplin a passé de longues semaines; à méditer sur le sujet de sa nouvelle production.

L'immense popularité de La Caravane vers l'Ouest (plus d'un an d'exclusivité au Criterion de New-York) n'a pas été sans influer sérieusement sur le choix de Chaplin.

Tout naturellement son esprit s'est tourné vers la deuxième « ruée vers l'or », celle qui se produisit au début de ce siècle, un peu, avant 1900, aux « placers » du Klondike et de l'Alaska.

Comme à l'exode vers la Californie dorée de 1849, les cinéastes américains ont consacré maints films de valeur aux beaux jours du Klondike— on se rappelle, en particulier-, Carmen du Klondike, de boueuse mémoire. Mais de même que La Caravane vers l'Ouest est venue éclipser tout film antérieur sur le même sujet, celui que Chaplin s'est décidé à produire sur le « Gold rush » de l'Alaska a toutes les chances de faire publier ceux qui l'ont précédé.

Non, d'ailleurs, que Chaplin ait uniquement songé à manufacturer un «succès » sans intérêt comme sans mérite artistiques; on retrouvera dans cette bande encore dépourvue du titre la « manière » si personnelle de Chaplin, d'un Chaplin qui, à chaque film nouveau, cherche à progresser encore. Et il le peut d'autant plus aisément qu'il est son maître, aux Artistes Associés, tandis qu'auparavant il était un «fournisseur» soumis aux desiderata de First National.

D'Hollywood, où Chaplin tourne depuis avril ce qui ne représente encore que la moitié du film définitif, nous parviennent quelques indications de détail que voici :

Fondé sur les jours fiévreux du Klondike et de la ruée vers l'or d'Alaska, le film que Charlie Chaplin a composé, et qu'il réalise et interprète en personne dans son fameux costume, retrace avec un réalisme extrême les difficultés sans nombre rencontrées par les pionniers qui se frayèrent un chemin dans ce désert gelé. Le drame des agonies morales des audacieux qui bravèrent les montagnes de glace, les privations et les dangers de toute sorte s'y trouve dépeint dans toute son étendue. Et pourtant les incidents comiques y abondent, qui feront de ce film une « mosaïque » étonnante d'humour et de vie.

Le côté matériel de la réalisation a demandé beaucoup plus de travail que dans les bandes précédentes de Charlie. On est tout d'abord allé tourner des extérieurs de neige dans la Sierra Californienne. Au studio de Chaplin, pendant ce temps, on construisait une reproduction de la rue principale de Nome durant les jours fameux de 1898; un fond de montagnes et de pics neigeux en forment le fond et couvrent tous les bâtiments du studio, n'élevant à une hauteur qui domine tout ce quartier d'Hollywood.

On verra dans ce film la nouvelle partenaire de Chaplin, Lita Grey, une jeune californienne qui avait paru une première fois aux côtés de Charlie dans les scènes du rêve céleste du Gosse, où elle Incarnait un ange très malicieux. Les autres artistes sont Chuck Reisner (le pugiliste du Gosse), Henri Bergman et Mack Swain (que Mack Sennett, présenta jadis sous le surnom d'Ambroise).

Le film ne sera pas terminé avant la fin de l'automne ; on compte le donner en décembre en exclusivité dans une salle de New-York; la projection en durera probablement près de deux heures.

P. H.


Cinéa | 1924-08-01 | Gallica


La nouvelle «leading-lady » de CHARLIE: LITA GREY